Garder ma légèreté d’enfant

AIMER MON ÂME D’ENFANT

PAR RAOUL GROSS

25 JUIN 2011

Il est né, l’enfant qui porte avec lui toute la joie et l’espérance de sa mère. Il vient au monde, le nouveau-né plein de la promesse d’une vie.

Comme l’enfant, chacun de nous peut se poser dans l’espérance de sa propre vie. Comme l’enfant, chacun de nous peut voir la promesse qu’il incarne dès l’origine : une promesse d’accomplissement, de bonheur et de joie, dans l’existence qu’il aura à découvrir par lui-même.

À chaque nouvelle étape de notre vie, suite à chaque épreuve aussi, une nouvelle naissance nous est proposée, comme une fleur blanche sur notre chemin, qui nous renouvelle sans cesse et nous épanouit de son nouveau parfum.

Lorsque nous nous voyons ainsi promesse, nous accordons à notre vie l’envoi et l’élan que nous confère la Vie. Lorsque nous nous considérons comme des enfants en voie d’épanouissement, nous sommes comme ces fleurs qui s’ouvrent de boutons en roses blanches, de pistils en fruits.

Notre enfance ne peut mourir à l’heure où le monde a tellement besoin de renaissance.

Nous portons en nous nos insouciances, nos rêves et nos rires d’antan. Nous transportons notre légèreté à chaque naissance, comme des nouveau-nés qui réjouissent, et qui réjouissent encore, leurs parents et leur entourage.

Enfants de Dieu, enfants de l’Univers, portons alors ce sourire alentour. Sachons magnifier le don de la Vie par la joie qui nous est donnée de vivre, simplement de vivre, lorsque, comme des enfants, nous nous sentons dépossédés de tout.

Aimer c’est vivre dans l’insouciance et dans la paix, donner sans compter dans le détachement et, enfin, toujours jouer, même dans le travail.

Alors souvenons-nous, lorsque le monde adulte nous rattrape avec sa lourdeur, à être sérieux sans se prendre au sérieux; justement parce que tous, un jour, nous avons été enfants…

*

* *

Tagged with: ,
This post was written by
Comments are closed.