Errare Humanum Est

ERRARE HUMANUM EST

PAR RAOUL GROSS

28 JUIN 2011

Se rendre compte, dans nos occupations journalières, que parfois nous rompons notre propre harmonie et l’harmonie de la Terre. Voir que parfois nos paroles peuvent se faire blessantes pour ceux envers qui nous les proférons. Savoir que d’un geste ou d’une pensée, nous avons le pouvoir de balayer la paix des relations, et nous reconnaître alors responsables de nos propres dysfonctionnements. Tout ceci invite à l’humilité.

Se savoir imparfait, se reconnaître parfois fragile, nous conduit paradoxalement aussi à nous perfectionner et à nous fortifier. Celui qui ne commettrait jamais d’erreurs ne pourrait en effet en tirer les leçons. Quel enseignement tire-t-on d’une action juste et bonne ?

C’est ainsi que les chances nous sont données de nous tromper, pour nous améliorer dans notre métier d’homme. Le respect consiste à voir que nous sommes tous engagés dans cet apprentissage et, qu’ainsi, tous, nous avons le droit à l’erreur.

Car c’est de notre liberté première qu’il s’agit : celle de pouvoir nous tromper.

C’est pourquoi le métier d’homme s’apprend par le tâtonnement, par l’essai, et qu’il nécessite de la part d’autrui cette immense compassion, à l’heure de savoir, qu’avant tout, l’erreur est humaine.

Cette sagesse ancienne doit reposer comme fondement de toute évolution, de toute tentative de progrès, qui invite au respect et à la tolérance dans toute entreprise humaine. Autrement nous tomberions tous dans le moralisme, le jugement et la condamnation pour tout acte manqué. La répression serait totale et nous serions tous, à des degrés divers, bloqués sur nos avancements, car tous nous devrions nous mouler dans la perfection…

À l’heure où nous vivons dans un monde de compétitivité, de conflits croissants, d’exigences toujours plus fortes au travail, de rendement sous peine d’exclusion, il est bon de se rappeler l’ancienne maxime latine, issue de la Sagesse des Anciens : L’erreur est humaine, « Errare humanum est ».

Cette maxime nous procure tendresse envers autrui, douceur envers nous-mêmes, et confiance dans la Vie, lorsque sur notre route nous faisons un faux-pas. En ayant à l’esprit que nous pouvons toujours nous tromper, nous nous mettons à disposition de notre progression personnelle sans reproches ni culpabilité, mais en toute liberté de recommencer pour faire mieux la prochaine fois.

*

This post was written by
Comments are closed.